Liszt & Fauré

Jos van Immerseel, Yeree Suh, Joseph Moog & Vox Luminis

Concerts

Date Temps Lieu Pays Projet Billets  
17-01-'25 Tax shelter premiere 20:00 Concertgebouw Brugge België Billets
Programme
  • Franz Liszt (1811 - 1886) - Les Préludes (1854)
  • Franz Liszt (1811 - 1886) - Totentanz (1849)
  • Gabriel Fauré (1845 - 1924) - Requiem Op.48 (version 1893)
Soliste
  • Thomas Bauer - Bartiton
  • Yeree Suh - Sopraan
  • Joseph Moog - Piano
18-01-'25 20:00 Graf-Zeppelin-Haus Friedrichshafen Duitsland -
Programme
  • Franz Liszt (1811 - 1886) - Les Préludes (1854)
  • Franz Liszt (1811 - 1886) - Totentanz (1849)
  • Gabriel Fauré (1845 - 1924) - Requiem Op.48 (version 1893)
Soliste
  • Thomas Bauer - Bariton
  • Yeree Suh - Sopraan
  • Joseph Moog - Piano
20-01-'25 20:00 Musis Sacrum (oude zaal) Arnhem Nederland -
Programme
  • Franz Liszt (1811 - 1886) - Les Préludes (1854)
  • Franz Liszt (1811 - 1886) - Totentanz (1849)
  • Gabriel Fauré (1845 - 1924) - Requiem Op.48 (version 1893)
Soliste
  • Thomas Bauer - Bariton
  • Yeree Suh - Sopraan
  • Joseph Moog - Piano
21-01-'25 20:00 Aula Magna Louvain-la-Neuve België -
Programme
  • Franz Liszt (1811 - 1886) - Les Préludes (1854)
  • Franz Liszt (1811 - 1886) - Totentanz (1849)
  • Gabriel Fauré (1845 - 1924) - Requiem Op.48 (version 1893)
Soliste
  • Thomas Bauer - Bariton
  • Yeree Suh - Sopraan
  • Joseph Moog - Piano
Programme

Franz Liszt (1811 – 1886) – Les Préludes (1854)

Franz Liszt (1811 – 1886) – Totentanz (1849)

Gabriel Fauré (1845 – 1924) – Requiem Op.48 (version 1893)

Le chœur Vox Luminis, et Anima Eterna, tous deux ensembles en résidence au Concertgebouw Brugge, unissent leurs forces pour proposer leur interprétation historiquement informée du Requiem de Fauré. Jos van Immerseel, précurseur de la redécouverte du répertoire français du XXe siècle sur instruments historiques (Debussy et Ravel il y a déjà 20 ans !), a souhaité proposer au public ses (re)découvertes sur une autre figure majeure de la musique française, Gabriel Fauré. C’est la version de 1893, première version « complète » du Requiem qu’il a retenue.

Cet étonnant et atypique Requiem, c’est Fauré lui-même qui l’a le mieux décrit : « On a dit qu’il n’exprimait pas l’effroi de la mort, quelqu’un l’a appelé une berceuse de la mort. Mais c’est ainsi que je sens la mort : comme une délivrance heureuse, une aspiration au bonheur d’au-delà, plutôt que comme un passage douloureux ». En miroir, deux œuvres fortes et fondatrices de Franz Liszt — que Fauré admirait et qu’il ira rencontrer expressément à Weimar en 1877— le poème symphonique Les Préludes et surtout la fameuse Totentanz, paraphrase sur le Dies Irae — partie liturgique justement écartée par Fauré dans son Requiem — sous les doigts du jeune pianiste Joseph Moog qui continue ainsi une collaboration avec Anima Eterna initiée en 2023.

Avec le soutien de la mesure belge de protection fiscale par l’intermédiaire de Flanders Tax Shelter.