Alexander Borodin, Nikolai Rimsky-Korsakov

Jos van Immerseel et son orchestre Anima Eterna poursuivent leur remontée du temps. Après Strauss, Tchaïkovski et récemment Liszt, voici les russes du Groupe des 5.

Toujours les mêmes approches : recherche des instruments historiques, des orchestrations initiales et donc choix des effectifs qui vont à contresens des orchestres symphoniques du XX.

Toujours les mêmes approches, mais toujours plus de maîtrise de ce répertoire du XIX

« Après le projet Liszt de l’année dernière, nous pouvons tous nous appuyer sur une nouvelle expérience.Les musiciens ont eu le temps d’élargir et de peaufiner leur instrumentarium, ce qui nous donnera une profondeur de sonorité considérablement accrue. Le fait que nous ayons été invités à interpréter ce programme pendant les Tage Alter Musik de Ratisbonne me réjouit, bien sûr, mais en même temps il a de quoi surprendre. Il est tout à fait significatif qu’un festival qui en général n’affiche que la «musique ancienne» puisse s’intéresser à un tel projet. Après tout, notre démarche reste encore assez révolutionnaire au sein du mouvement d’interprétation historique. Il est très agréable de récolter ce genre de reconnaissance. »

Jos van Immerseel