Chef d'orchestre

Midori Seiler

Réinventer le romantisme avec Anima Eterna

 

« Au sein d’Anima Eterna, chacun est engagé dans un dialogue constant : comment pourrions-nous faire les choses autrement ? Cette ouverture m’a toujours vraiment touchée, tout comme cette volonté de sortir des chemins battus et de voir ce qui se passe ensuite. » – Midori Seiler

La violoniste Midori Seiler a été premier violon d’Anima Eterna pendant quinze ans. Tout au long de ces années, les bases d’une relation artistique étroite ont été posées. Midori Seiler et Jos van Immerseel ont également été partenaires réguliers de musique de chambre pendant des années. Leur enregistrement de l’intégrale des sonates pour violon de Beethoven résonne encore aujourd’hui dans de nombreuses oreilles. Énergique, précis, impétueux et libre : c’est ainsi que le jeu de Midori Seiler est souvent décrit. Et ce, tant dans le répertoire baroque – souvenons-nous par exemple de son enregistrement des sonates pour violon seul de Bach – que dans le répertoire classique et romantique. 

« L’expérimentation est essentielle pour moi. Je veux réunir des musiciens autour d’un désir de trouver une manière surprenante, excitante et totalement nouvelle d’interpréter la musique romantique. Je désire faire des expériences qui vont permettre d’éclairer d’un jour nouveau tout ce que nous ferons par la suite ». – Midori Seiler

Savoir que l’on ne sait pas et pourtant continuer à poser des questions : pour Midori Seiler, c’est l’essence même de ses recherches sur le passé musical. Pour le répertoire romantique, de très nombreuses questions sont toujours d’actualité, selon elle. Quels sont les éléments qui ne sont pas notés sur la partition ? Peut-on ressentir ce que cela impliquait de faire de la musique à l’époque ? Nos corps peuvent-ils nous en montrer le chemin ? Munie de ces questions, Seiler s’est adressée au chercheur Kai Köpp (de l’Université de Berne). Kai Köpp a mis au point une méthode particulière qu’il qualifie d’ « incarnation et reconstitution » : en s’immergeant dans le passé comme acteur au service de cette méthode – à travers des tableaux, d’anciens enregistrements, des indications notées sur les partitions -, il est possible de retrouver des traces du non-dit et du non-écrit. Cela pourrait-il changer radicalement notre façon d’aborder la musique romantique ? Seiler et Köpp en sont persuadés. Anima Eterna est pour eux le partenaire idéal pour démarrer ce projet expérimental.

« J’aime comparer mon rôle de chef d’orchestre à celui d’un metteur en scène dans le domaine du théâtre. On a besoin de lui pendant les répétitions, pour que les acteurs puissent se situer dans l’ensemble et savoir à quoi ils doivent veiller. Mais pendant le spectacle lui-même, on n’a plus besoin de lui. Les acteurs assument pleinement leur rôle. C’est ce à quoi j’aspire avec Anima Eterna. » – Midori Seiler

Pendant ce cheminement, Midori Seiler et Kai Köpp exploreront avec les musiciens tout d’abord la musique de Clara et Robert Schumann, puis celle de Camille Saint-Saëns. Midori Seiler dirigera en outre ses anciens collègues à partir de sa position de premier violon. Dans le répertoire romantique, c’est une pratique encore très peu explorée. Pour les musiciens d’Anima Eterna, travailler avec Midori Seiler, c’est un peu comme rentrer chez soi : Midori Seiler connaît parfaitement le caractère unique d’Anima Eterna et perpétue la tradition de recherche, de curiosité et de liberté musicale.